Il y a des témoignages qui touchent plus que d’autres. #handicap

Lex, 6 ans, écrit une lettre touchante pour défendre son frère autiste. Cette enfant n’est pas française mais pourrait l’être. 

Heureusement, les temps changent et les handicaps sont accueillis dans nos écoles. Même si des efforts restent à faire, des mesures vont dans le bon sens et nous pouvons espérer que nos enfants grandissent avec et comme les autres. 

En attendant, je vous laisse lire ce témoignage et l’article en lien.

« Ce lundi, j’étais très triste car une fille de ma classe a dit que mon frère était ‘bizarre’. Mon frère est autiste et il n’est pas bizarre. J’aimerais bien que l’on puisse en apprendre plus sur le handicap à l’école. Car comme ça, tout le monde pourrait comprendre que certaines personnes sont différentes, mais doivent être traitées de la même manière que les autres. »

positiv.fr

Education – Calais : 80 migrants quittent la « jungle » pour étudier à l’université de Lille

Résistance Inventerre

Le projet, auquel contribue l’association L’Auberge des migrants, prévoit un apprentissage intensif du français avant une reprise d’études dans la matière de leur choix.

calais5016674_6_79ab_2016-10-19-42fd1a6-5944777-01-06_ac14ef6a7f2abdd78d4e5cb8414dfe08

Le Monde | 19.10.2016
A quelques jours du démantèlement annoncé de la « jungle » de Calais, le camp bidonville du Pas-deCalais, quatre-vingts migrants l’ont quittée mardi 18 octobre pourreprendredes études à l’université deLille.
Recensés lors des maraudes sociales effectuées par l’Etat et les associations, les migrants sont déjà titulaires « au moins du bac » et majoritairement soudanais, selon François Guennoc, de L’Auberge des migrants, l’une des associations les plus actives de la « jungle ». Elle participe à ce projet dont l’initiative revient à un enseignant-chercheur.
La nouvelle a été annoncée par le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, dans un communiqué publié mardi 18 octobre : « Dans le cadre des préparatifs du démantèlement humanitaire du campement de la Lande, quatre-vingts étudiants ont quitté aujourd’hui…

View original post 144 mots de plus

revenu-de-base-nuage-de-mots

Qu’est ce que le #RevenuUniversel ?

Le revenu universel a fait son entrée dans la campagne présidentielle il y a quelques semaines. Tout d’abord lors de la primaire à droite puis à gauche. Elle sera d’ailleurs bientôt testée en Gironde.
Il s’agit d’une somme qui serait versé de la naissance à la mort. Elle serait selon les avis comprise entre 500 et 1200 € et pourrait remplacer l’ensemble ou en partie, les aides versée actuellement. Tout les français y aurait droit. 

Bien entendu, il faudra du temps pour qu’une telle mesure voit le jour et que les mentalités changent.
Aujourd’hui, ils sont nombreux à y voir une mesure d’assistanat. Pour moi, ce serait une nouvelle avancée vers la liberté. Mais ce sera l’objet d’un autre article… En attendant regardez plutôt…

 

Dure réalité… #SceneDeVie #1

Ça faisait bien longtemps que je ne m’étais pas posé pour le regarder. Juste pour profiter du moment et ressentir de la fierté. Puis on se souvient de ses instants gravé dans la mémoire tel des photos de polaroids aimantées sur le frigo. J’intègre doucement et douloureusement le temps qui est passé. Je réalise que ce n’est plus la même personne que j’ai devant moi.

Il ne manque pas grand chose pour qu’il me mange la soupe sur la tête comme le disait pépé François, pourtant je ne l’avais pas remarqué avant.  Ce n’est pas comme si nous ne vivions pas sous le même toit, tout les jours nous nous croisons, nous discutons mais c’est comme si aujourd’hui je réalisais qu’il etait là.

Il est devant moi, concentré, langue en coin, s’appliquant pour réaliser je ne sais quel travail. Les sourcils froncés, les yeux fixes; ce ne sont pas ceux d’un adulte mais ce ne sont déjà plus ceux d’un enfant.

Ces quelques minutes à le fixer son comme si 13 années s’était écoulée me démontrant à quel point le temps peut-être vicieux, lorsqu’il file doucement sans que l’on ne puisse rien suspecter.

Il se lève marmonne quelque mots que je ne saisis pas. Sa voix éraillée d’ado pubert me fais sourir. Combien de fois ai-je pu me moquer de lui, de cette voix de transition qui un jour arrêtera de changer, pour mon plus grand malheur.

Difficile d’accepter. Un souvenir émerge soudain. Celui quand pour la première fois je tenais dans mes bras ce petit bonhomme. Je me plais à croire qu’il me souriait tout en sachant que c’était impossible pour un bébé de quelques minutes. Je ressens cette fierté qui ne m’a jamais quittée depuis et qui grandit chaque jour avec lui.

J’imagine que tous les parents le ressentent mais c’est douloureux de le voir grandir et d’accepter qu’un jour il n’aura plus besoin de nous et partira vivre sa vie.

Je sais pertinemment que c’est égoïste et faux mais j’ai peur qu’un jour il m’oublit. On n’oublie jamais sa famille… Enfin je crois.

Bizarrement, j’ai l’impression que c’est moi le petit garçon tant mon raisonnement me parait incohérent mais y a t’il quelque chose de cohérent dans l’amour que l’on porte à ses enfants?

andreypopov-istock-200-1475049849

Surdité : comment mieux comprendre ce handicap

En France, 5 à 6 millions de personnes souffrent d’une surdité dont le degré de gravité s’étends de moyenne à lourde. 300 000 d’entre elles sont sourdes profondes de naissance ou devenues sourdes. La déficience auditive devient un phénomène de santé publique : les seniors ne sont plus les seuls concernés, de plus en plus de jeunes sont touchés.

via Surdité : comment mieux comprendre ce handicap

Solidarité – Les migrants de Calais crient leur bonheur d’être à Poitiers

Résistance Inventerre

La Nouvelle République 03/10/2016
Ils sont trente-huit, viennent d’Afghanistan, du Soudan ou du Koweït. Beaucoup ont choisi de construire leur nouvelle vie en France. Rencontre.

POITIERS PATRICK LAVAUD

Tamin, 25 ans ; Antoine, le moniteur-éducateur ; Noorulah, 20 ans ; Zabi-Hullah, 26 ans ; Zyarmac-Arab, 19 ans, dans un appartement de l’immeuble, rue de la Chauvinerie. Quatre migrants parmi les 38 présents aujourd’hui. – (Photo Patrick Lavaud
C’est un immeuble comme les autres. Simple. Une habitation à loyer modéré dans un quartier tranquille de Poitiers, Bel Air, où la vie quotidienne glisse sans aspérité entre personnes retraitées. Les rendez-vous convenus rythment leur journée.

chauvinerie 1

Iran, Turquie, Bulgarie, Serbie, Hongrie, Italie pour 5 ou 6.000 dollars selon les passeurs
Depuis une dizaine de mois, rue de la Chauvinerie, une animation inhabituelle est venue casser les codes sociaux des habitants, les anciens, ceux qui s’inquiètent de l’étranger vivant à quelques pâtés de maisons de chez eux. Ils sont Afghans, Soudanais, Koweïtiens, dans ces logements autonomes…

View original post 422 mots de plus