Accueil des migrants : « Le plan du gouvernement ne résout rien », dénonce le défenseur des droits

Ce vendredi, Jacques Toubon est venu mesurer lui-même ce qu’il se passe autour du point d’accueil mis en place en novembre 2016 par la Mairie de Paris et empêché de fonctionner à plein régime par l’Etat, ce qui fait que l’endroit ne désemplit pas

Le lieu est symbolique, fait-il observer, car « il permet de voir les deux facettes de la politiqueD’une part, il y a, à l’intérieur du centre, des migrants qui sont bien pris en charge, preuve que l’on sait faire ; de l’autre, il y a tous ceux qui ne parviennent pas à y entrer et qui montrent que le plan annoncé par le gouvernement la semaine dernière est décevant ».

lire l’article complet…

Publicités

Déconne pas #Manu…

Qu’est ce qui c’est passé ? Pourquoi tu fais ça ? Là franchement tu déconnes Manu…

On ne te demandais pas de devenir la groupie de Benoît mais juste de tenir tes engagements ! C’était si difficile que ça ?

Est-ce que tu entends tous ces déçus de la politique :

« tu vois bien que les hommes politiques n’ont pas de paroles, regarde Valls… » 

C’est triste de constater le peu de valeur de ta parole. C’est la défaite que tu n’acceptes pas ou est-ce que tu veux sauver ta circonscription ?

Oui c’est vrai, je suis un peu aigris car je ne trouve pas honnête de s’en remettre aux électeurs un jour et refuser leur volonté si elle ne te convient pas.

Mais tu es adulte et tu devras assumer tes tergiversations… Je te souhaite bonne chance car même si je n’étais pas d’accord avec tes positions tu avais le mérite jusqu’à hier d’être réglo.

Que le mois d’août se termine et qu’on passe à autre chose #burkini

Bon sang, que le mois d’août se termine, que les plages se vident et qu’on en finisse avec cette polémique ridicule sur le burkini qui ne fait qu’attiser la rancoeur et donner du grain à moudre aux ennemis de la démocratie.

Je n’en peux plus de cette histoire. On en parle de partout, on mélange tout et surtout on s’en sert pour nous monter les uns contre les autres. Tout d’abord, faut-il tout accepter de tout le monde? Bien sûr que non, pour que la démocratie puisse exister on ne doit pas tout accepter mais de la à interdire à certaines personnes une tenue de bain sur une plage, quel intérêt? Surtout qu’à la suite a chaque attentat, nous pronons l’importance de « l’unité de la nation« , de notre société fondée sur le « vivre ensemble » et mettons en garde contre du danger des amalgames (avec cette polémique, on est en plein dedans) n’est-ce pas contraire à tous ces beaux discours que d’agir ainsi?

Nous sommes dans une période, il faut le reconnaître, qui nous interroge sur le religieux de par les horreurs commises par ceux aux comportements extrémistes mais aussi par les réponses que certains présentent au nom de leur foi. Le résultat? Nous sommes sous tension, et notre principe républicain qu’est la laïcité si chère à la France, en arrive a être utilisée ça et la pour justifier les propos clivant voir xénophobes de certains. Est ce que la laïcité mérite débat? Pourquoi pas, mais pas dans ces circonstances, pas lorsqu’un élu de la république publie un arrêté pour interdire le burkini sur ses plages car elle en prend un sacré coup.


la laïcité si chère à la France, en arrive a être utilisée ça et la pour justifier les propos clivant voir xénophobes de certains


Les raisons de sécurité et d’atteinte à l’ordre publique ne pèsent pas lourd à côté du symbole renvoyé: « mesdames, vous n’êtes pas les bienvenues ». Rappelons-nous quand même que quelques semaines auparavant, un centre aquatique qui devait être réservé par une association de femme utilisatrice du burkini avait susciter un tollé général et ce déjà sous couvert de laïcité.

Par ailleurs, il faut souligner un certain paradoxe lorsque l’on demande aux musulmans de réagir suite aux attentats et que quelques jours après on leur conseille d’être discret.

Enfin, est ce que le débat sur le burkini est essentiel à notre société? Je ne pense pas et constate que ce type de polémique religieuse agit comme un écran de fumé cachant des problèmes qui eux par contre, mériteraient plus d’attention.

R.P.

#SainteRita ou quand les élections arrivent à grand pas… #extremiste

Je lisait ce fait divers partout ce matin, l’église Sainte Rita de Paris, située dans le XVe arrondissement, a été  évacuée. En effet, le tribunal administratif avait rendu, au mois de mai, une ordonnance par laquelle il enjoignait le préfet de police d’apporter le concours de la force publique afin de veiller à l’expulsion de tout occupant.

Le propriétaire, l’association des Chapelles catholiques et apostoliques et son acquéreur potentiel avaient saisi la justice, en janvier — puis à nouveau en référé en mai—, pour obtenir cette évacuation de « l’église des animaux » ( c’était un ancien lieu de culte catholique gallican, longtemps connu pour ses bénédictions d’animaux ou de motos ).

Le lieu a été occupé successivement, depuis l’an dernier, par un collectif pseudo-révolutionnaire (source), puis rouvert par des fidèles proches du culte catholique traditionaliste (mouvement intégriste), rassemblés chaque dimanche par l’une de ses figures, l’abbé Guillaume de Tanoüarn ( proche l’action française, un groupuscule d’extrême droite ).

Donc, les forces de polices sont venus pour faire évacuer les lieux (quoi de plus normal que l’application d’une décision de justice). Evidemment, la manière dont ont été évacués les manifestants n’est pas très digne mais en même temps, à quoi s’attendaient ils en occupant illégalement les lieux?

Je vous avoue ne pas avoir été étonné lorsque je lis qu’au coté de l’abbé Jean-François Billot et de ces fidèles, était aussi présent un groupe d’élus municipaux venu les soutenir. A un an des présidentielles, quel meilleur moyen pour des élus « Les Républicains » que de se présenter en défenseurs des croyants opprimés (voilà que je force le trait) c’est vrai que cet arrondissement souffre du manque de lieux de cultes pour les catholiques (bon, maintenant je suis cynique car l’église la plus proche est à moins de 10 minutes à pieds)

Voici la réaction du député-maire du 15e (le « patron » des élus LR de l’arrondissement):

Cet élu, offensé du traitement subit par ses collègues, s’appelle Philippe Goujon. Si ce nom ne vous dit rien, je l’ai déjà entendu. Il y a quelques mois, il a fait parlé de lui dans d’autres circonstances. Il avait évacué manu militari des migrants installés provisoirement par la mairie de Paris dans un gymnase de son secteur (comportement indigne venant d’un élu de la république).

Outre le buzz médiatique et les réactions clientélistes de certains politiques, on ne peut que constater que dans cet arrondissement on est moins révolté par l’évacuation d’ayant droit que par celle d’occupants illégaux.

Quand le débat actuel traite du financement des lieux de cultes et d’intégrisme, il est regrettable qu’un fait divers puisse être monté en épingle à des fin électorales et serve à accentuer les scissions de la société.


sources : Hufffington Post, article du nouvel obs, article du monde, France3

 

Discriminations à l’embauche : la fonction publique n’est pas épargnée, Société

Des fonctionnaires d’origine étrangère trop peu nombreux, des agents habitant trop rarement dans les quartiers les plus défavorisés, des femmes sous-représentées dans les emplois les plus qualifiés… La fonction publique, qui recrute près d’un demi-million de personnes par an, n’est pas vraiment à l’image des Français et ce n’est pas le fruit du hasard. C’est ce que montre un rapport, remis mardi au Premier ministre par l’économiste Yannick L’Horty, qui s’attache à évaluer l’ampleur des discriminations à l’embauche dans les administrations, une première.

via Discriminations à l’embauche : la fonction publique n’est pas épargnée, Société