Conseil municipal du 28/06/2018 : Intervention sur la signature de la convention avec un apiculteur pour son installation dans le parc Chabrière. #Oullins

Chers collègues, cette délibération nous propose de perpétuer l’activité d’apiculture dans l’enceinte du parc Chabrière. L’hiver a été rude pour de nombreuses colonies d’abeilles ainsi l’installation de ces nouveaux essaims viendra remplacer les anciens.

Les installations de ruches en milieu urbain sont de plus en plus courantes, l’inutilisation de pesticide dans nos villes évite les perturbations qui désorientent les abeilles et affaiblissent les ruches.

Toutefois les émissions de CO2 altèrent la qualité du miel ; ce facteur varie en fonction de la proximité des voies de circulation. Lorsque celles-ci sont bien placées, le produit récolté s’avère d’excellente qualité.

Mais revenons à cette délibération que nous approuverons. Nous ne vous proposerons pas l’installation de ruche à tous les coins de rue ou sur tous les toits, notre ville ne compterait pas assez d’espaces fleuris pour faire travailler tous ces insectes et assurer la pérennité de leurs structures sociales. Ce ne serait pas pertinent.

Cette délibération nous interpelle surtout par l’intégration de l’élément agricole dans notre ville. Bien sûr, diverses associations oullinoises agissent de manière similaire par le biais de jardins partagés et c’est très bien. Il est vrai que de telle action restent difficiles dans notre ville. Non pas que les volontés soient inexistantes mais le territoire de notre commune est limité et déjà bien remplis. Nous ne souffrons pas d’ultra urbanisation comme certaines mégalopoles mais d’espace restreint.

Toutefois, il y a énormément d’espace que nous n’utilisons pas. Rassurez-vous, nous ne proposerons pas non plus de réaménager l’ensemble des espaces verts d’Oullins pour en faire des jardins potagers. Non, nous désirons parler de nos toits ou du moins des toits de nos bâtiments municipaux car leur surface reste complétement libre.

Cet excédent d’espace est aujourd’hui inutilisé et coute à notre municipalité plus qu’il ne pourrait rapporter à notre ville les rentabiliser ne serait que faire preuve de bon sens.

Notre assemblé devra intégrer cette nouvelle possibilité dans nos choix et décisions.

Il existe déjà des parcelles de fraisiers sur les toits parisiens, des fermes urbaines sont à l’étude pas très loin dans le campus de la Doua, d’autres ailleurs installent sur les toits des fermes solaires ou y construisent des maisons et des jardins… Tout cela pour vous dire qu’il faut s’en saisir.

Développer l’aménagement sur les bâtiments municipaux permettrait de limiter les frais d’entretient des toitures de ceux-ci et pourraient être pris en charge par les entrepreneurs qui investiraient les lieux pour la réalisation de leur projet.

Les possibilités énoncées précédemment ne sont que les germes de ce qu’il se fera bientôt, d’ailleurs, nombre d’entreprises et de promoteurs s’intéressent au potentiel de ces surfaces inutilisées.

L’agriculture urbaine en fait bien entendu partie, rapprocher la production du consommateur limite non seulement les émissions nocives dues au transport mais aussi les couts de production. Imaginez-vous consommant une salade dont les ingrédients proviendraient des toits oullinois…

La location de ces espaces a des producteurs d’énergies permettrait de faire baisser nos factures. Qui nierait le cout élevé des factures d’électricité.

Le monde change et de nouvelles opportunités d’investissements ou d’économies s’offrent à nos collectivités. Il est de notre devoir d’élus d’anticiper les évolutions urbaines dans l’intérêt de tous les oullinois.

Publicités

Vers une agriculture urbaine ?… #developpement #urbanisme

dsc01352

L’aménagement urbain d’aujourd’hui ne peut plus être le même qu’hier.  A l’heure ou le développement économique et culturel a pour catalyseur l’innovation, il est plus que temps de penser l’urbanisme autrement.

Le développement du numérique, l’installation de la fibre optique, le boom d’internet sont autant d’évolutions qui contribuent, pour ceux qui s’en saisissent, à offrir un nouvel élan économique.

Le numérique n’est pas la seule source d’innovation, le secteur agro-alimentaire par le biais de l’agro-technologie notamment, fait aussi partie de ces filières au développement rapide.

Lire la suite « Vers une agriculture urbaine ?… #developpement #urbanisme »