Il est temps de choisir notre #Europe

Cette année 2019 qui s’approche sera ou ne sera pas celle de l’Europe. Alors que le Royaume Unis négocie les conditions de sa sortie et d’une entente commerciale avec l’union Européenne suite à la victoire du BREXIT et que de nombreux eurosceptiques partout en Europe qui imaginent la sortie comme le remède de tous les maux, nous investirons les bureaux de votes dans le but d’élire les députés qui nous représenteront au parlement Européen.

A l’heure où une solidarité entre les nations et une cohérence politique stabiliseraient l’économie et rassureraient le peuple européen, nous auront à choisir ceux qui nous élaboreront les lois et qui décideront des politiques qui influeront sur notre quotidien.

Mais qu’elle Europe souhaite-t-on ? Une Europe humaine pour ceux qu’elle fait rêver, qui rassemble lorsque de grands enjeux se présentent, cohérente et capable de se projeter dans l’avenir afin d’anticiper les changements sociétaux de demain, solidaire afin que tous ses habitants puissent jouir des mêmes droits sociaux, respectueuses des accords internationaux en matière d’environnement et enfin ambitieuse dans son développement économique.

Cette élection est d’autant plus importante qu’elle sera le marqueur d’un choix celui de s’ouvrir ou non aux milliers de migrants qui souhaiteraient rejoindre nos sols, de la direction économique à suivre quand l’incertitude plane sur les relations commerciales avec nos partenaires historiques, sur la recherche et les investissements futurs qui nous feront entrer dans la révolution numérique et les développements technologique qui ne manqueront pas de bouleverser nos vies.

Unis avec nos partenaires européens, nous formons la plus grande force commerciale du monde avec nos 751M habitants. Nos représentants auront la lourde tâche de s’harmoniser. Si tel est le cas alors l’Europe profitera à tous et permettra aux différents secteurs qu’ils soient agricoles, industriels, culturels ou autres de pouvoir se développer par le biais des politiques de financements qui nous le souhaitons tous seront ambitieuses et innovantes pour l’évolution futur.

Publicités

De l’avenir, l’ #IA est une clef… #IntelligenceArtificielle

artificial-intelligence
crédit : https://pixabay.com/fr/users/geralt-9301/

L’intelligence artificielle est sans aucun doute la technologie qui marquera notre société dans les décennies à venir. Les possibilités qui lui sont liées impacteront obligatoirement notre quotidien ainsi que le monde dans bien des domaines.

Aujourd’hui, nous sommes témoin de ses balbutiements ; les véhicules autonomes symbolisent l’un des développement rendu possible par les recherches sur l’IA, tout comme les études la confrontant à l’esprit humain dans des duels d’échecs ou de go, elles nous ouvrent des perspectives de ce qu’elle pourrait nous apporter.

Au delà du fait technologique, l’IA nourrit de nombreuses inquiétudes sur l’évolution de notre société. On se souvient tous de ses films de sciences fiction dans lesquels les machines exterminent ou prennent le contrôle de l’humanité, rassurez vous, nous n’y sommes pas encore… Enfin je crois… Néanmoins, ces craintes restent présentes.

Elle bouleversera le fonctionnement de nos sociétés et son étude sera le cœur des réussites économiques de demain. En effet, quand aujourd’hui on utilise des programmes de reconnaissance vocal, il est probable que demain nous prendrons rendez vous chez le généraliste auprès d’une secrétaire virtuelle.

Quand nous prendrons les transports en commun cette technologie permettrait d’optimiser les fréquences et la consommation d’énergie tout en dirigeant les flottes de véhicules…

Le développement de l’IA tend  à une modification des comportements humains et nous dirige vers la disparition des métiers les moins qualifiés. Il est important de s’interroger dés aujourd’hui sur les conséquences afin d’en mesurer et d’en anticiper l’impact.

De plus, il est stratégique que l’Europe s’accapare de cette question si elle souhaite rester performante et indépendante dans l’avenir car l’IA est déjà là…

Ce n’est pas le summum mais quand même… #TravailleursDétachés

images

Il est important de souligner les avancées lorsqu’elles ont lieu même si elles ne sont pas totalement celles que l’on espéraient. Elles restent la preuve que l’on avance.

C’est le cas pour la réforme des travailleurs détachés dont il est beaucoup question dans les médias. Certes, dans le meilleur des mondes tous les travailleurs européens pourraient prétendre aux même salaires et au même prestations sociales. Sauf que nous ne vivons pas dans le meilleur des mondes, notre Europe même si elle avance draine encore beaucoup d’inégalités.

Alors quand ces inégalités se réduisent même si pour certains cela reste anecdotique ou insatisfaisant, cela nous montre quand même que l’Europe va dans le bon sens et que peut-être qu’un jour nous l’atteindrons… le meilleur des mondes.

L’objectif majeur de la réforme de la directive est d’avoir un « salaire égal, à travail égal, sur un même lieu de travail ». En effet, dans la directive initiale, il est simplement spécifié que les travailleurs détachés doivent toucher le salaire minimum du pays d’accueil.

Or l’élargissement de l’UE à l’Est en 2004, avec l’arrivée de dix nouveaux pays, aux niveaux de vie et salaires plus bas, a bouleversé la donne, engendrant une concurrence déloyale entre entreprises et du dumping social.

Avec la révision de la directive, toutes les règles valables pour les travailleurs locaux s’appliquent aux détachés: ainsi, par exemple, si le pays d’accueil prévoit une prime de froid, de pénibilité, d’ancienneté, un treizième mois, ces bonus devront aussi leur être versés. source