De l’avenir, l’ #IA est une clef… #IntelligenceArtificielle

artificial-intelligence
crédit : https://pixabay.com/fr/users/geralt-9301/

L’intelligence artificielle est sans aucun doute la technologie qui marquera notre société dans les décennies à venir. Les possibilités qui lui sont liées impacteront obligatoirement notre quotidien ainsi que le monde dans bien des domaines.

Aujourd’hui, nous sommes témoin de ses balbutiements ; les véhicules autonomes symbolisent l’un des développement rendu possible par les recherches sur l’IA, tout comme les études la confrontant à l’esprit humain dans des duels d’échecs ou de go, elles nous ouvrent des perspectives de ce qu’elle pourrait nous apporter.

Au delà du fait technologique, l’IA nourrit de nombreuses inquiétudes sur l’évolution de notre société. On se souvient tous de ses films de sciences fiction dans lesquels les machines exterminent ou prennent le contrôle de l’humanité, rassurez vous, nous n’y sommes pas encore… Enfin je crois… Néanmoins, ces craintes restent présentes.

Elle bouleversera le fonctionnement de nos sociétés et son étude sera le cœur des réussites économiques de demain. En effet, quand aujourd’hui on utilise des programmes de reconnaissance vocal, il est probable que demain nous prendrons rendez vous chez le généraliste auprès d’une secrétaire virtuelle.

Quand nous prendrons les transports en commun cette technologie permettrait d’optimiser les fréquences et la consommation d’énergie tout en dirigeant les flottes de véhicules…

Le développement de l’IA tend  à une modification des comportements humains et nous dirige vers la disparition des métiers les moins qualifiés. Il est important de s’interroger dés aujourd’hui sur les conséquences afin d’en mesurer et d’en anticiper l’impact.

De plus, il est stratégique que l’Europe s’accapare de cette question si elle souhaite rester performante et indépendante dans l’avenir car l’IA est déjà là…

Publicités

Ce n’est pas le summum mais quand même… #TravailleursDétachés

images

Il est important de souligner les avancées lorsqu’elles ont lieu même si elles ne sont pas totalement celles que l’on espéraient. Elles restent la preuve que l’on avance.

C’est le cas pour la réforme des travailleurs détachés dont il est beaucoup question dans les médias. Certes, dans le meilleur des mondes tous les travailleurs européens pourraient prétendre aux même salaires et au même prestations sociales. Sauf que nous ne vivons pas dans le meilleur des mondes, notre Europe même si elle avance draine encore beaucoup d’inégalités.

Alors quand ces inégalités se réduisent même si pour certains cela reste anecdotique ou insatisfaisant, cela nous montre quand même que l’Europe va dans le bon sens et que peut-être qu’un jour nous l’atteindrons… le meilleur des mondes.

L’objectif majeur de la réforme de la directive est d’avoir un « salaire égal, à travail égal, sur un même lieu de travail ». En effet, dans la directive initiale, il est simplement spécifié que les travailleurs détachés doivent toucher le salaire minimum du pays d’accueil.

Or l’élargissement de l’UE à l’Est en 2004, avec l’arrivée de dix nouveaux pays, aux niveaux de vie et salaires plus bas, a bouleversé la donne, engendrant une concurrence déloyale entre entreprises et du dumping social.

Avec la révision de la directive, toutes les règles valables pour les travailleurs locaux s’appliquent aux détachés: ainsi, par exemple, si le pays d’accueil prévoit une prime de froid, de pénibilité, d’ancienneté, un treizième mois, ces bonus devront aussi leur être versés. source