L’accueil est pourtant une valeur Française !

image

De l’eau a coulé sous les ponts? Pas tant que ça… C’était presque hier que les unes des médias commentaient la position au combien critiquée d’Angela Merckel d’accueillir un grand nombre de migrants. Ils étaient nombreux à intervenir chacun y allant de sa petite phrase de son jugement ou de son soutien.

Pour ma part, bien que n’étant pas un grand fan de la chancelière allemande, j’avais trouvé et je le pense toujours, que nombre de chef d’État auraient été inspirés de prendre la même décision et que l’Europe avait manqué une occasion de briller et d’afficher sa caractéristique humaniste .

Depuis que l’homme existe, il se déplace sur terre. Les mythes, les textes religieux du monde entier nous racontent les migrations humaines qu’elle soit lorsque les hommes quittèrent l’Afrique pour arriver en Europe, quand Hébreux s’enfuirent d’Égypte, quand les chrétiens arrivèrent à Rome fuyant les persécutions ou quand des eurasiens traversèrent le détroit de Béring et arrivèrent en Amérique du nord.

L’homme se déplace et se déplacera sur le globe. Nos enfants partiront et peut-être​ vivront à l’autre bout du monde à la recherche d’une vie meilleur tout comme tous ces hommes et toutes ces femmes qui aujourd’hui arrivent en France à la recherche d’un idéal. A une différence c’est que nos enfants auront la chance de pouvoir choisir leur migration grâce à leur pays de naissance.

Que dire de cet adolescent qui parti avec son frère pour fuire son pays. Pays dont les dirigeants n’acceptent pas les pensés divergentes au poing de vouloir les annihiler. Que lui dire donc quand arrivant seul sur les cotes européennes il demande de l’aide? Qu’il n’est pas en règle? Faut-il lui dire qu’il n’est pas le bienvenu et que cette image d’une Europe bienveillante aux mentalités évoluées était tronquée ?

Que dire à ce père de famille qui vient chercher du travail en France parce que la seule chose qu’il souhaite est d’offrir une meilleure vie à ses enfants? Ne faisons nous pas la même chose? Qui ne désire pas offrir le meilleur avenir aux siens?

Bien sur, ceux qui disent que le problème de ses migrations se trouve dans les pays d’origines des migrants n’ont pas complètement tort étant donné que si les conditions de vie se prêtaient à l’épanouissement des personnes, peu de gens partiraient. Malheureusement, très souvent, connaître les causes ne solutionne pas la réalité des conséquences qui aujourd’hui se caractérise par un accueil indigne.

Vous comprendrez dans ce cas toute l’incohérence d’une répression sur des migrants par les forces de l’ordre. Est-ce que la France, pays des droits de l’homme et dont l’image international brille de sa nature humaniste, ne peut pas traiter dignement ces migrants ?

Notre nouveau président avait soutenu Mme Merckel, il m’avait fait forte impression car il était alors à contre courant de l’opinion. Aujourd’hui, son gouvernement annonce une politique répressives à l’égard des migrants et ne répond pas aux élus qui proposent des alternatives plus dignes.

Est-ce que la valeur de la vie dépend du pays d’origine ? Est-ce que l’économie justifie l’indignité de traitement d’un migrant?

Comme le disait Michel Rocard :

La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde mais elle doit en prendre sa part

Comme dans de nombreux autres domaines, les politiques migratoires doivent évoluer. Espérons que ce n’est qu’un couac et que l’avenir nous rapportera l’éclat d’une de nos plus belle valeur.


Aide aux #migrants : amende requise contre quatre retraités

Education – Calais : 80 migrants quittent la « jungle » pour étudier à l’université de Lille

Solidarité – Les migrants de Calais crient leur bonheur d’être à Poitiers

l’accueil des #réfugiés est une force

Pour moi c’est OUI…

image

Raphaël

J’espérais un meilleur début…

J’espérais un meilleur début d’année…

J’avais déjà mal digéré les bancs grillagés d’Angoulême qui, le jour de Noël, donnaient un symbole fort du rapport à la pauvreté et aujourd’hui ce flot de haine me donne envie de vomir…

Je vous explique si vous n’en avez pas encore entendu parlé : un bébé rom est mort dans les bras de sa mère. Il n’en faut pas plus pour qu’un élu frontiste se déchaîne sur les réseaux sociaux (elles sont loin les racines chrétiennes de la France (et leurs valeurs) lorsque la campagne électorale est terminée).

image

L’histoire ne s’arrête pas là…

Cette famille voulait enterrer son enfant dans la ville où ils « vivent » (là ou se trouve leur bidonville). Mais ils n’en ont pas eu la possibilité. La mairie refusa (un peu de charité aurait sans doute soulagé la famille dans ce moment douloureux).

http://www.europe1.fr/faits-divers/essonne-un-maire-refuse-qu-un-bebe-rom-soit-enterre-au-cimetiere-2333639?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

Bien sur, ce cas n’est pas une généralité. Tous les élus ne profitent pas du moindre fait divers pour cracher leur venin via les réseaux sociaux. Mais lorsque je lis ça, lorsque je lis ces réactions, « j’ai mal à ma France » et aux valeurs qui la caractérisent comme, par exemple, la fraternité.

La Fraternité, une valeur si importante pour notre pays qu’elle est écrite en gros sur le fronton de nos mairies, mais qui est, malheureusement, trop souvent oubliée, car pour certains, « la france n’a pas vocation à accueillir toute la misère du monde » (Une manière inélégante de se décharger de ses responsabilités)

Mais alors, la France a t’elle vocation à s’occuper de la misère qui est sur ses trottoirs et dans ces bidonvilles ? Est ce que la fraternité s’arrête à l’identité, à l’origine ou à la nationalité de celui qui est dans le besoin ?

Je ne le pense pas car la misère ce sont aussi des « français pur souche » ou « d’origines » (expressions empruntées) qui en souffrent ainsi que ces roms, ces albanais, ces africains, … tous venus attirés par la lumière du pays des droits de l’homme mais à l’arrivée, au bout de leurs périples (lorsqu’ils y arrivent), ils sont jugés, coupables de leur misère. Notre rôle n’est il pas d’être les garants de la dignité de ces personnes sur notre sol ?

Pauvreté n’est pas vice. Parbleu ! Un vice est agréable.

Paul Léautaud