Accueil des migrants : « Le plan du gouvernement ne résout rien », dénonce le défenseur des droits

Ce vendredi, Jacques Toubon est venu mesurer lui-même ce qu’il se passe autour du point d’accueil mis en place en novembre 2016 par la Mairie de Paris et empêché de fonctionner à plein régime par l’Etat, ce qui fait que l’endroit ne désemplit pas

Le lieu est symbolique, fait-il observer, car « il permet de voir les deux facettes de la politiqueD’une part, il y a, à l’intérieur du centre, des migrants qui sont bien pris en charge, preuve que l’on sait faire ; de l’autre, il y a tous ceux qui ne parviennent pas à y entrer et qui montrent que le plan annoncé par le gouvernement la semaine dernière est décevant ».

lire l’article complet…

Publicités

Le #handicap rythme le quotidien de nombreuses personnes et les aides leurs permettent d’exister et de contribuer eux aussi à la vie de la cité #AppelAMacron

En 2015, de nombreuses personnes ont vu le montant de leur prestation de compensation du handicap (ou PCH) décroître. Pour beaucoup, cette aide est pourtant absolument indispensable pour se nourrir, se laver ou même travailler.
suite…

Une idée vieille de plusieurs siecles #RevenuUniversel

Cette idée vieille de plusieurs siècles s’articulerait bien avec les transformations aujourd’hui opérées par les nouvelles technologies.

La réflexion est ici élaborée autour de l’idée d’un revenu assuré à chaque citoyen, sans conditions de revenu, et permettant de couvrir les besoins primaires.

atelier-revenu-universel_0Le 5 juin 2016, les Suisses ont largement rejeté l’initiative proposant l’instauration d’un revenu de base universel dans la Confédération helvétique. La campagne a néanmoins suscité de riches débats, avec de solides arguments dans un camp comme dans l’autre. Dans de nombreux pays, le revenu de base universel suscite l’intérêt et transcende les clivages politiques traditionnels. La Finlande a prévu d’expérimenter le dispositif en 2017.

Aux Etats-Unis, le candidat à la présidentielle américaine Bernie Sanders a exprimé à plusieurs reprises sa sympathie pour cette idée, tandis qu’une expérimentation est en cours d’élaboration dans la ville d’Oakland. Au Canada, enfin, le premier ministre Justin Trudeau souhaite mettre en place un projet pilote en Ontario, tandis que Philippe Couillard et François Blais, respectivement premier ministre et ministre du travail québécois, souhaitent faire de même dans la province francophone.(source)

Lire la suite « Une idée vieille de plusieurs siecles #RevenuUniversel »

En #PACA sera t’il encore possible de se réinsérer?

« Il n’y a que des plus, pas de moins… » Aux journalistes qui l’interrogeaient sur l’équilibre du budget 2017 de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA), le président Christian Estrosi (LR) assurait mi-décembre 2016, que les augmentations de financement, notamment en matière de sécurité et d’aide aux entreprises, ne s’accompagneraient pas de coupes dans d’autres domaines.
Depuis ce 1er janvier, un premier « moins » est apparu. Celui concernant la subvention des Espaces territoriaux d’accès aux premiers savoirs (Etaps), structures de réinsertion sociale destinées aux 18-25 ans déscolarisés, en fin ou en aménagement de peines. Des formations professionnelles pour un public très spécifique, dont des fichés « S » radicalisés, incluses depuis 2010 dans la convention annuelle signée par la région PACA avec le ministère de la justice, et qui concernent près de 450 stagiaires par an.

via Le conseil régional de PACA coupe les vivres à un dispositif de réinsertion sociale

l’accueil des #réfugiés est une force

Alors que les les maires des grandes capitales de ce monde assenent que les migrants sont une forces, certains politiques prêchent aux moins informés les dangers d’une « immigration massive » due à l’afflut de réfugiés en europe.

Tout d’abord, je m’interroge sur ce qu’est une « immigration massive » car les réfugiés Syriens qui effraient autant la droite et l’extreme droite ne sont manifestemment pas très attirés par notre pays. Est ce que cela n’est pas plus inquiétant? Le pays des lumières n’attirent plus autant mais apparemment c’est moins important.


Les pays situés en zone de guerre ou à leurs frontières occupent la tête du classement: l’Irak est en première position avec 4,7 millions de réfugiés sur son sol, dont une forte proportion de « déplacés » internes au pays, suivie par le Pakistan (3,4 millions). La Turquie arrive en troisième position, avec 2,5 millions de réfugiés accueillis. Le premier pays européen n’arrive qu’en septième position: l’Allemagne, loin devant la France, quatorzième du classement avec 340 000 réfugiés accueillis.[via CARTE. Accueil des réfugiés: les bons et les mauvais élèves de la planète – L’Express]


https://lexpressweb.carto.com/viz/89a6b926-cddb-4b83-aa73-d066b4e4e93e/embed_map

Dans beaucoup de cas aussi, on nous tait les bienfaits de l’accueil de ces réfugiés notamment quand leur présence permet aux communes souffrant de l’exode rurale de garder leur écoles et de redynamiser leurs villages. Comme par exemple, ce petit village de l’Allier ravi d’avoir accueilli des réfugiés qui ont pu faire revivre l’ équipe de football.

En bonus, une petite vidéo sur une autre manière de voir les réfugiés

 

#Wauquiez n’a rien à voir avec le #FN: il est pire que lui… #Réfugiés

Les affirmations que Laurent Wauquiez vient de tenir sur la répartition des migrants ne sont malheureusement plus surprenantes.

Avec des propos pareils, il pourrait être pris à son propre jeu, et être à son tour fiché S, tant ses allégations menacent gravement la sécurité publique par leur violence et leur éloignement des réalités, et aux conséquences qu’elles pourraient engendrer.

Il confond tout, il mélange tout… mais à dessein…


Nous entrons dans un nouveau cycle, dans une nouvelle ère, où les peuples, pour des raisons diverses, sont voués à se réunir et à s’entraider. Nous sommes destinés à vivre plus nombreux au cœur de nos villes, dans lesquelles nous serons de plus en plus confrontés à des drames de santé publique et de pauvreté. Les plus fragiles, en manque de liens sociaux, connaîtront graduellement ces difficultés. C’est pourquoi nous devons sortir des schémas délimités, et réfléchir à la promotion d’un type de société différent.
S’il est un champ d’intervention pour lequel l’édification d’une politique à l’échelle régionale et intercommunale est pertinente, voire fondamentale, c’est l’hébergement d’urgence ou de stabilisation, car l’effort partagé est la responsabilité de chacun.

L’exclusion s’avère structurelle, pas uniquement conjoncturelle, et la gestion de cette forme de désinsertion ne renvoie pas strictement à un problème social, économique ou sanitaire. La grande exclusion est liée à notre développement. Plus les personnes souffrent de l’exclusion durablement, plus elles connaissent des troubles somatiques et psychiques qu’il convient alors de prendre en compte dans les politiques d’hébergement.

L’exclusion, le rejet par cette peur qu’exprime aujourd’hui le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, est un formidable générateur de rancœur qui fera émerger à termes des problèmes bien plus importants que ceux que nous vivons actuellement.


Laurent Wauquiez, est un formidable générateur de rancœur qui fera émerger à termes des problèmes bien plus importants que ceux que nous vivons actuellement.


S’occuper de la grande exclusion n’est pas simple et nécessite que des domaines spécialisés n’ayant pas l’habitude de collaborer, acceptent d’associer leurs moyens et de coordonner leurs actions.

Des solutions alternatives doivent donc être trouvées « régionalement » et « intercommunalement » pour ceux qu’il n’est pas possible de laisser seuls sous un toit, en créant un outil unifié.

Les collectivités doivent s’engager et arrêter de se défausser sur l’État. La Grande Région, les Métropoles doivent les aider de concert. Ne pas le faire, c’est cultiver la misère, engendrer la haine et des problèmes à très court terme. La demande n’est pas aux petites communes de faire de grands centres d’hébergement mais d’agir à la hauteur de leurs moyens, en favorisant l’hébergement diffus.

Il est impératif de voir émerger plus d’engagements, plus d’adhésions des communes, sur cette notion d’urgence, un peu trop en filigrane dans les principes de ce projet.
L’action du gouvernement peut impulser cette nécessité de voir émerger des unités d’accueils diffuses, de façon à pallier ce déficit d’accueil, d’éviter des regroupements qui pourraient être problématiques, et en même temps, travailler sur le long terme auprès de tous les publics qui à un moment, se retrouvent dans cette situation, afin de se poser et de les aider à se restructurer et d’envisager un nouveau cap.

Cette urgence si difficile à gérer, à organiser, est le cœur du problème dans la gestion de l’hébergement de ces publics, au quotidien.

Pour répondre aux besoins de personnes délaissées, entièrement ou en partie, par les dispositifs « normalisés », les structures d’urgence se spécialisent peu à peu dans l’accueil des publics a priori indéfinissables, dans l’accueil de tous les « sans ».

Dans le secteur de l’urgence, Monsieur Wauquiez et son compère d’indignité, Christian Estrosi, oublient que la notion d’inconditionnalité apparaît comme une autre modalité d’accueil et de soutien des personnes, repoussant les limites d’accès aux services de protection. Quand la conditionnalité maintient assez élevés des seuils d’accès et peut devenir un facteur d’exclusion, l’inconditionnalité élargit les portes d’entrée dans des dispositifs ouverts à tous. L’accueil et le service rendu ne sont pas, ici, la contrepartie d’un quelconque engagement de l’usager. A savoir que les rapports entre accueillants et accueillis ne sont pas contractuels.

Occulter même momentanément cette notion d’urgence sociale, ne pas prescrire de perspectives afin de voir émerger de nouveaux dispositifs d’accueil traitant l’urgence sur le territoire régional, ne peut réduire le champ des interventions qu’à une gestion froide et technocratique de cette grande précarité.

Épauler cette dynamique serait un bel exemple de responsabilité face à des partenaires qui seraient tentés de délaisser de plus en plus leurs responsabilités en stigmatisant outrageusement ces populations…

Une fois encore, Laurent Wauquiez prouve, par son obscurantisme et son intarissable soif de siphonner les voix d’une extrême droite, en essayant d’être pire que le pire, qu’il n’est pas à la hauteur et encore moins l’homme de la situation…

Je lui rappellerai les mots d’un fils de charpentier, qui disait simplement « qu’aimer son prochain comme soi-même », ne veut pas dire l’aimer à la mesure de cet amour égoïste que nous aurions pour nous, mais l’aimer comme un autre nous-même, comme s’il était nous-même, c’est-à-dire faire de chacun de nos prochains, de chacun de nos frères, des êtres si proches qu’ils ne soient plus discernables de nous-même et que d’un même mouvement spontané qui nous fait vouloir, désirer le bonheur et le bien pour nous, nous le voulions, le désirions pour chacun de nos frères.

Laurent Wauquiez n’arrive décidément pas à comprendre que nous ne pourrons maintenir un haut niveau de solidarité et de sécurité, si nous ne sommes pas animés par ce sens élevé de l’intérêt commun, sans hypothéquer ni différer sur nos enfants, toutes les retombées de ces enjeux.

Stéphane Gemmani

A quoi ressemblerait l’Assemblée nationale sans #CumulDesMandats dans le temps ? #AN

Lors d’un discours prononcé jeudi, François Hollande a évoqué ce qui pourrait être l’un des axes de sa probable campagne présidentielle : limiter « dans le temps » le cumul des mandats. Nous avons imaginé à quoi ressemblerait l’Assemblée nationale si les députés qui avaient déjà effectué deux mandats ne pouvaient pas siéger.

10699925

L’Assemblée perdrait 40% de ses effectifs. Lors de son discours, prononcé le jeudi 8 septembre à la salle Wagram, François Hollande a exprimé son souhait de limiter le cumul des mandats dans le temps des élus, sans préciser la limite qui pourrait être instaurée. En octobre 2015, un groupe de travail sur l’avenir des institutions, co-présidé par le président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, et l’historien Michel Winock, s’est prononcé, dans son rapport « Refaire la démocratie », pour une limitation à trois mandats successifs – sans emporter l’adhésion de certains membres du groupe, comme Claude Bartolone et Cécile Duflot.

L’assemblée perdrait 40% de ses effectifs

Nous avons choisi de retirer les députés qui ont dépassé deux mandats, successifs ou non. Sur les 574 élus qui siègent dans l’Hémicycle à l’heure actuelle (trois postes sont actuellement vacants), 233 ont ainsi déjà effectué au moins deux mandats, successifs ou non, en plus de la législature en cours. Et parmi eux, 145 en ont effectué au moins trois.

Certains députés siègent à l’Assemblée depuis la fin des années 1970.

source

Un projet de loi d’importance a été discuté et adopté concernant l’#Egalité et la #Citoyenneté

Les députés ont adopté le 6 juillet 2016 en première lecture le projet de loi « égalité et citoyenneté » . Le principe en avait été décidé au lendemain des attentats de janvier 2015 et appelle à faire progressivement tomber les barrières auxquelles est confrontée une partie de la population dans ses conditions de vie.

L’objectif est, à travers une série de mesures concrètes, d’améliorer les opportunités données à chacun, pour que tous partagent le sentiment d’une communauté de destins. Il s’agit de vaincre ce sentiment diffus dans nos quartiers populaires qui consiste à se sentir perpétuellement laissé pour compte et à ne pas disposer des mêmes chances que les plus favorisés. [George Pau-Langevin, Ministre des Outre-mer]

Ce texte se présente en trois parties.

Dans une première partie, ce projet de loi veut créer les conditions de la généralisation d’une culture de l’engagement citoyen tout au long de la vie, en ouvrant le service civique à de nouveaux viviers, en créant entre autre, une carte du volontaire, pour que les jeunes en service civique aient davantage de droits ou un congé d’engagement associatif pour les actifs bénévoles, …

Un deuxième volet du projet de loi concerne le logement dans l’objectif de favoriser la mixité et le vivre-ensemble. Son objectif est de permettre aux 1,8M de candidats aux logements sociaux d’accéder aux quartiers attractifs et d’imposer des programmes de logements sociaux, là où la volonté politique locale est insuffisante.

Pour terminer, la troisième partie vise l’ « égalité réelle », définie comme le fait de « permettre à chacun d’être en capacité de s’insérer pleinement dans la République » notamment en créant  de nouveaux droits ou à travers l’extension du rôle des conseils citoyens.


Quelques liens:

La loi Egalité Citoyenneté, une ambition au service de notre démocratie progressiste | George Pau-Langevin

Adoption en première lecture du projet de loi égalité et citoyenneté

Aménagement, urbanisme, logement : l’Etat organise son nouveau conseil aux collectivités (article moniteur.fr)

Une récente note technique des ministères de l’Environnement et du Logement organise les nouvelles missions des Dreal et des directions départementales des territoires en matière d’aide aux collectivités en ingénierie et en accompagnement de projets. Elle vise les domaines de l’aménagement durable, du logement, des déplacements, du développement économique, de la transition écologique et énergétique.

lire la suite…

Une forêt flottante à Rotterdam – 18h39.fr

Avec plus d’un quart de leur territoire se trouve en dessous du niveau de la mer, les Pays-Bas sont particulièrement concernés par la montée du niveau des eaux, provoquée par le changement climatique. Une étude de l’Organisation de Coopération et Développement Économique (OCDE) montre que les dix villes les plus menacées d’un point de vue économique par la montée des eaux se trouvent aux Pays-Bas, aux États-Unis et au Japon. En effet,

Pour contrer ce phénomène climatique, une solution provisoire est trouvée en donnant plus d’espace à l’eau au détriment des terres cultivables. Par ailleurs, pour pallier au problème de logement,le gouvernement néerlandais, en collaboration avec les architectes, les ingénieurs et les promoteurs, cherche à développer un nouveau type d’habitat : la maison flottante.

Enfin c’est une forêt flottante qui voit le jour à Rotterdam. Peut être que bientôt naitra une smart city flottante…

via Une forêt flottante à Rotterdam – 18h39.fr