De l’avenir, l’ #IA est une clef… #IntelligenceArtificielle

artificial-intelligence
crédit : https://pixabay.com/fr/users/geralt-9301/

L’intelligence artificielle est sans aucun doute la technologie qui marquera notre société dans les décennies à venir. Les possibilités qui lui sont liées impacteront obligatoirement notre quotidien ainsi que le monde dans bien des domaines.

Aujourd’hui, nous sommes témoin de ses balbutiements ; les véhicules autonomes symbolisent l’un des développement rendu possible par les recherches sur l’IA, tout comme les études la confrontant à l’esprit humain dans des duels d’échecs ou de go, elles nous ouvrent des perspectives de ce qu’elle pourrait nous apporter.

Au delà du fait technologique, l’IA nourrit de nombreuses inquiétudes sur l’évolution de notre société. On se souvient tous de ses films de sciences fiction dans lesquels les machines exterminent ou prennent le contrôle de l’humanité, rassurez vous, nous n’y sommes pas encore… Enfin je crois… Néanmoins, ces craintes restent présentes.

Elle bouleversera le fonctionnement de nos sociétés et son étude sera le cœur des réussites économiques de demain. En effet, quand aujourd’hui on utilise des programmes de reconnaissance vocal, il est probable que demain nous prendrons rendez vous chez le généraliste auprès d’une secrétaire virtuelle.

Quand nous prendrons les transports en commun cette technologie permettrait d’optimiser les fréquences et la consommation d’énergie tout en dirigeant les flottes de véhicules…

Le développement de l’IA tend  à une modification des comportements humains et nous dirige vers la disparition des métiers les moins qualifiés. Il est important de s’interroger dés aujourd’hui sur les conséquences afin d’en mesurer et d’en anticiper l’impact.

De plus, il est stratégique que l’Europe s’accapare de cette question si elle souhaite rester performante et indépendante dans l’avenir car l’IA est déjà là…

Publicités

Six jeunes sur dix se disent prêts à créer leur entreprise #Emploi

Les jeunes sont de plus en plus intéressés par la création d’entreprises, il est vrai que l’aventure est tentante mais le risque reste présent dans les esprits.

À ce risque s’ajoute aussi la difficulté à trouver des investisseurs car ils sont nombreux à penser que la jeunesse n’est pas l’assurance d’une réussite. De plus, comme tous, les 18-29 ans éprouvent aussi le besoin de s’assurer un salaire suffisant pour vivre.

http://www.lesechos.fr/economie-france/social/0211708179158-six-jeunes-sur-dix-se-disent-prets-a-creer-leur-entreprise-2059558.php#xtor=RSS-71

Une idée vieille de plusieurs siecles #RevenuUniversel

Cette idée vieille de plusieurs siècles s’articulerait bien avec les transformations aujourd’hui opérées par les nouvelles technologies.

La réflexion est ici élaborée autour de l’idée d’un revenu assuré à chaque citoyen, sans conditions de revenu, et permettant de couvrir les besoins primaires.

atelier-revenu-universel_0Le 5 juin 2016, les Suisses ont largement rejeté l’initiative proposant l’instauration d’un revenu de base universel dans la Confédération helvétique. La campagne a néanmoins suscité de riches débats, avec de solides arguments dans un camp comme dans l’autre. Dans de nombreux pays, le revenu de base universel suscite l’intérêt et transcende les clivages politiques traditionnels. La Finlande a prévu d’expérimenter le dispositif en 2017.

Aux Etats-Unis, le candidat à la présidentielle américaine Bernie Sanders a exprimé à plusieurs reprises sa sympathie pour cette idée, tandis qu’une expérimentation est en cours d’élaboration dans la ville d’Oakland. Au Canada, enfin, le premier ministre Justin Trudeau souhaite mettre en place un projet pilote en Ontario, tandis que Philippe Couillard et François Blais, respectivement premier ministre et ministre du travail québécois, souhaitent faire de même dans la province francophone.(source)

Lire la suite « Une idée vieille de plusieurs siecles #RevenuUniversel »

En #PACA sera t’il encore possible de se réinsérer?

« Il n’y a que des plus, pas de moins… » Aux journalistes qui l’interrogeaient sur l’équilibre du budget 2017 de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA), le président Christian Estrosi (LR) assurait mi-décembre 2016, que les augmentations de financement, notamment en matière de sécurité et d’aide aux entreprises, ne s’accompagneraient pas de coupes dans d’autres domaines.
Depuis ce 1er janvier, un premier « moins » est apparu. Celui concernant la subvention des Espaces territoriaux d’accès aux premiers savoirs (Etaps), structures de réinsertion sociale destinées aux 18-25 ans déscolarisés, en fin ou en aménagement de peines. Des formations professionnelles pour un public très spécifique, dont des fichés « S » radicalisés, incluses depuis 2010 dans la convention annuelle signée par la région PACA avec le ministère de la justice, et qui concernent près de 450 stagiaires par an.

via Le conseil régional de PACA coupe les vivres à un dispositif de réinsertion sociale

À #Dauphin, une petite ville canadienne, ils ont testé pendant cinq ans le #RevenuUniversel 

Avant les Finlandais, les Canadiens avaient déjà expérimenté une formule de revenu universel.

Malheureusement, aucune étude n’a été effectuée ensuite. Toutefois, l’analyse de certaines données permettent quand même de constater que quelques changements s’amorçaient.

De plus, pour ceux qui auraient peur de certains « effets indésirables » du revenu universel, qu’ils soient rassurés :

«L’objectif originel de ce projet était d’évaluer si donner des chèques aux travailleurs les plus pauvres, assez pour qu’ils puissent vivre décemment, allait détruire leur motivation pour aller travailler, explique le Huffington Post. Ça n’a pas été le cas.»

slate.fr

Qu’est ce que le #RevenuUniversel ?

Le revenu universel a fait son entrée dans la campagne présidentielle il y a quelques semaines. Tout d’abord lors de la primaire à droite puis à gauche. Elle sera d’ailleurs bientôt testée en Gironde.
Il s’agit d’une somme qui serait versé de la naissance à la mort. Elle serait selon les avis comprise entre 500 et 1200 € et pourrait remplacer l’ensemble ou en partie, les aides versée actuellement. Tout les français y aurait droit. 

Bien entendu, il faudra du temps pour qu’une telle mesure voit le jour et que les mentalités changent.
Aujourd’hui, ils sont nombreux à y voir une mesure d’assistanat. Pour moi, ce serait une nouvelle avancée vers la liberté. Mais ce sera l’objet d’un autre article… En attendant regardez plutôt…

 

Ça sent le cochon chez Mohamed – de Jean-Marc Chevauché – @CourrierPicard

Ils ont frappé en Picardie. En plein cœur de la région, à deux pas du Pas-de-Calais. Chez nous. Comme ils ne connaissent rien à rien et qu’ils sont toujours dans la caricature la plus bornée, la plus sauvage et la plus brutale, ils n’ont rien trouvé de mieux, au bout de leurs rires gras, que de se rendre en pleine nuit devant le salon de coiffure de Mohamed Manoubi, à Albert, dans la Somme, pour y déposer une tête de porcelet grillée. Mohamed a ouvert son salon de coiffure il y a un mois en centre-ville d’Albert. Comme n’importe quel artisan qui exerce dans ce pays, Mohamed se tue à la tâche, ne compte pas ses heures et travaille de ses mains pour ne rien devoir à personne et regarder dans son miroir sa dignité d’homme.

Ils ont voulu frapper Mohamed dans son identité d’être humain. Mais rien ne peut atteindre le commerçant d’Albert. Car Mohamed a tout notre soutien, tout notre respect et, oui, tout notre amour. C’est d’humanité qu’il est question. Mohamed est notre frère en humanité. Il est notre ami. Et tous autant que nous sommes, qui n’avions jamais mis les pieds à Albert ou dans ce salon de coiffure, nous avons furieusement envie de faire des kilomètres pour nous y rendre.

Mohamed a porté plainte. Nous le soutenons. Comme à chaque fois, ça va nous rapporter quelques sales commentaires et autres vomissures dont se remplissent des réseaux sociaux qui ne supportent pas un bout de sein mais font la courte échelle à tous les extrémismes.

Il n’y a aucun hasard dans une société où d’aucuns rêvent de placer tous les débats dans une considération d’ethnie, de race ou de religion supposée. En face, comme chantait le grand Jacques, Nous n’avons que l’amour.

On est au moins sûr d’une chose : c’est que Mohamed, à Albert, est un homme. On sait aussi que d’autres y sont des porcs.

source…

Arrêtons les clichés.

On peut se demander ce qui motive les hommes politiques : leurs convictions? Leurs intérêts personnels? Leurs ambitions? … De plus, l’actualité récente ne clarifie rien, loin de là. Entre les affaires de messieurs Sarkozy, Copé, Guerini, Balkany, etc…, il est justifié de se poser la question de l’honnêteté et de la motivation de la classe politique.

Néanmoins, cette image du « tous pourris », alimentée par l’accumulation des dossiers, n’est pas une vérité qui caractérise l’ensemble de la classe politicienne. Effectivement, la politique est un domaine très éloigné du monde des bisounours, Les batailles pour accéder aux responsabilités sont généralement rudes et difficiles et les adversaires impitoyables.

Pour autant, qu’est ce qui motive ces hommes et ces femmes? C’est peut être de la naïveté mais on aime à penser que pour une grande majorité (voir plus), c’est l’intérêt commun.

Bien entendu, grande doit être la tentation d’oublier les engagements une fois les élections passées et le pouvoir obtenu, de gouverner dans le but d’assurer une réélection ou une nouvelle élection.

Personnellement, je n’imagine pas que l’on puisse passer autant de temps à militer, à rencontrer les gens, à assister aux assemblées générales,… si on n’est pas habité par la volonté de changer les choses. De plus, les rencontres que j’ai pu faire avec certains m’ont confortées dans ce jugement.

Oui, il y a des brebis galeuses dans chaque troupeau mais il y a aussi des gens qui parlent engagement, vivent engagement et passent plus de temps à essayer de bouger les lignes qu’à profiter de leurs proches.

Alors non, ne jetez pas le panier pour quelques champignons véreux mais n’acceptez pas non plus de garder les avariés…

image
Tous pourris?