Le #handicap rythme le quotidien de nombreuses personnes et les aides leurs permettent d’exister et de contribuer eux aussi à la vie de la cité #AppelAMacron

En 2015, de nombreuses personnes ont vu le montant de leur prestation de compensation du handicap (ou PCH) décroître. Pour beaucoup, cette aide est pourtant absolument indispensable pour se nourrir, se laver ou même travailler.
suite…

Publicités

Non, le #FN n’est pas un parti comme les autres…

Pour ceux qui pourraient penser que le Front National est un parti comme les autres, voici le témoignage d’un ancien « cadre », candidat aux municipale et aujourd’hui démissionnaire.

Ce qui est évoqué sur le fonctionnement de ce parti fait froid dans le dos tant la description qui en est faite est éloignée de ma vision de la République.

Mais jugez par vous même….

https://www.franceculture.fr/player/export-reecouter?content=738a939f-ff44-48ab-8b44-5b470e5538bf

https://www.franceinter.fr/emissions/le-zoom-de-la-redaction/le-zoom-de-la-redaction-02-janvier-2017

Il y a des témoignages qui touchent plus que d’autres. #handicap

Lex, 6 ans, écrit une lettre touchante pour défendre son frère autiste. Cette enfant n’est pas française mais pourrait l’être. 

Heureusement, les temps changent et les handicaps sont accueillis dans nos écoles. Même si des efforts restent à faire, des mesures vont dans le bon sens et nous pouvons espérer que nos enfants grandissent avec et comme les autres. 

En attendant, je vous laisse lire ce témoignage et l’article en lien.

« Ce lundi, j’étais très triste car une fille de ma classe a dit que mon frère était ‘bizarre’. Mon frère est autiste et il n’est pas bizarre. J’aimerais bien que l’on puisse en apprendre plus sur le handicap à l’école. Car comme ça, tout le monde pourrait comprendre que certaines personnes sont différentes, mais doivent être traitées de la même manière que les autres. »

positiv.fr

Merci madame la conseillère, …

image
Pôle emploi

Combien de personnes pensent ou ont pensé que le pôle emploi ne servait à rien? C’était mon cas il y a quelques temps. Il est vrai que les premiers échanges que j’ai pu avoir avec cet organisme furent des plus particuliers. On peut signaler, d’ailleurs, que lorsque l’on parle du pôle emploi, tout un tas de clichés résonne comme des plaisanteries, comme des extrapolations de quelques légendes urbaines… des extrapolations ? Pas forcément. Je ne vous raconterai pas aujourd’hui cette histoire mais… quoi que…bon d’accord !

Lorsque l’on se retrouve au chomage, la première des démarches est de s’inscrire ou se réinscrire au pole emploi. Si il s’agit de votre « première fois », vous devez remplir un dossier et fournir un certain nombre de documents justifiant de la ou des périodes durant lesquelles vous avez cotisé et prendre un rendez vous avec un conseiller.

Le jour du rendez-vous arrive. 8h00. Vous arrivez au premier guichet pour signaler votre présence. La personne vérifie vos papiers d’identité, vous regarde (sensation de malaise, que ce passe t’il?) et vous annonce que vous ne pourrez pas honorer votre rendez vous. Motif : carte d’identité périmée…

Second rendez-vous. Comme à chaque fois, lorsque l’on rend le dossier à un organisme administratif, il manque un papier qui n’était pas demandé initialement. Soit. Néanmoins, l’entrevue avec la conseillère permet d’exposer le projet professionnel et de s’informer des possibilités et des procédures pour le mener à bien.

Troisième passage. Vous retournez rendre son dossier complet, cette fois-ci, et au guichet rien ne se passe comme prévu… Il manquerait un autre papier… (pour pouvoir commencer à toucher vos indemnités, il faut que votre dossier soit complet.Grand moment de solitude) demande d’explication, début d’impatience (la tension monte) pour se rendre compte que votre interlocutrice s’est trompée et a mal calculé votre durée de cotisation (ouf).

Votre dossier est complet, validé, la première étape enfin terminée.

Lors de votre entretien, vous avez émis le souhait de changer d’orientation professionnelle et votre conseillère vous a informé des divers formations disponibles ainsi que du protocole à suivre pour y accéder. Vous recherchez donc un stage d’observation afin de valider votre projet. Malheureusement pour vous, les vacances scolaires débutent mais malgré la difficulté vous effectuez ce stage et confirmez donc votre choix. Vous retournez auprès de votre conseillère afin qu’elle vous inscrive à une formation mais voilà elles sont complètes. (grrrrrr…)

Vous démarchez les employeurs susceptibles de vous prendre en alternance mais vous ramez, les difficultés économiques actuelles bloquent vos initiatives. Vous n’espérez plus rien de l’agence pour l’emploi mais vous devez honorer vos convocations afin de préserver vos indemnités.

Voilà déjà quelques mois, qu’à chaque rendez-vous physique ou téléphonique, vous rendez compte de vos recherches mais l’espoir commence a déserter vos pensées. Une nouvelle fois, vous rencontrez votre conseillère sans rien en attendre. Vous lui exposez vos recherches et vos doutes mais cette fois ci elle trouve deux annonces intéressantes.

Un organisme, travaillant dans le domaine que vous souhaitez intégrer, recrute trois personnes même débutantes. L’espoir renaît grâce à votre conseillère. Vous récupérez les divers informations et postulez. Aujourd’hui, vous avez intégré la structure et même si vos débuts avec le pôle emploi furent des plus calamiteux, vous remerciez encore cette conseillère grâce à qui vous débutez cette nouvelle vie.